Conscient du devoir - solide au poste - arme ta vigilance, telle est et restera notre devise !

 

|  VIP  |  Swiss Military Net  |  Crédits  |  

 

L’ASSO en Normandie 


 

 

Pour marquer son 75ème anniversaire il avait été décidé de se rendre en Normandie lors des commémorations du D-Day 2014 qui marquaient le 70ème anniversaire du débarquement.

1ère étape : Bayeux (vendredi 6 juin)

Mémorial de la bataille de Normandie

Ce musée retrace le déroulement de la bataille de Normandie, du 7 juin – Bayeux est alors la première ville à être libérée – au 29 août 1944. La présentation des pièces d’artillerie, blindés et autres engins de l’aviation, évoque d’une part l’ampleur des moyens mis en œuvre par les Alliés pour libérer le continent du joug nazi, et révèle d’autre part l’intensité des combats ayant eu lieu aussi bien sur terre que dans les airs.

Cimetière Britannique

A quelques pas du mémorial, le cimetière britannique aligne ses 4’648 croix (dont 3’935 Britanniques, 181 Canadiens, 17 Australiens), sous lesquelles gisent les soldats du Commonwaelth tombés lors de la Seconde Guerre mondiales, auxquels s’ajoutent 466 Allemands. Au fronton du mémorial, une inscription en latin « Nos a gulielmo victi victoris patriam liberavimus » rappelle qu’en 1944 les Anglais ont libéré leurs conquérants de 1066.

2ème étape : Ranville et Arromanches (samedi 7 juin)

Ranville-Bénouville

Situé sur le flanc Est des plages du Débarquement, le Mémorail Pegasus présente les différentes missions que la 6ème Division aéroportée britannique devait accomplir dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Ces soldats furent les premiers à poser pied sur le sol de Normandie pour l’opération Overlord. Une de leur mission fut la prise du pont de Bénouville plus connu sous le nom de Pegasus Bridge.

Batterie de Merville

Situé sur plusieurs hectares, entre Ouisterham et Cabourg, le site de la batterie de Merville est aujourd’hui complètement protégé. A travers un parcours pédagogique on explore quatre bunkers aménagés, ainsi qu’un avion Dakota C47, avion mythique, ayant participé au Débarquement.

Arromanches

Petit village pittoresque, mondialement connu pour les vestiges de son port artificiel, Arromanche avait le privilège d’accueillir non seulement la Patrouille de France qui fit une brillante démonstration, mais aussi des centaines de véhicules d’époque de tout genre qui défilèrent sur la plage, au pied des falaises. Un magnifique feu d’artifice embrasa toute la côte.

3ème étape Ste Mère Eglise et cimetières allemand et américain (dimanche 8 juin)

Sainte-Mère-Eglise

Sur la place de l’église, le musée Airbone, à travers une riche collection d’objets, transmet la mémoire des évènements du Jour-J ainsi que des parachutistes américains des 82e et 101e divisions. Ce musée propose un parcours chronologique rappelant ce que vécurent les parachutistes depuis leur embarquement en Angleterre jusqu’à la batailles des Haies, dans le bocage normand.

Cimetière allemand de La Cambe

Cette impressionnante nécropole rassemble sur plus de 7 hectares les corps de 21’222 soldats allemands tombés lors des combats de 1944. Durant la guerre, les armées allemandes ont perdu au total 58’234 soldats.

Cimetière américain de Colleville-sur Mer

Sur 70 hectares, ce cimetière abrite 9’387 tombes de soldats américains tués pendant la seconde Guerre mondiale. Une concession à perpétuité du gouvernement français à son homologue américain fait du cimetière un territoire américain. L’alignement des croix latines d’un blanc immaculé sur la pelouse verdoyante éblouit autant qu’il émeut. Du mémorial en demi-cercle, flanqué d’une statue en bronze, avec à l’arrière-plan, le jardin du souvenir et le mur des Disparus (1’557 au total), la perspective sur le grand bassin et les allées du cimetière est de toute beauté. Seul le flot touristique nuit un peu à la sérénité des lieux. Un Visitor Center rend hommage aux valeurs et au sacrifice des combattants.

4ème étape et retour en Suisse (lundi 9 juin)

Maligny/Châblis

Le retour se fit comme pour l’aller par un détour chez notre ami l’adj chef parachutiste Daniel Seguinot à Maligny/Chablis. Ses charmantes filles nous avaient préparé un « casse-croûte » bourguignon tout en finesse d’escargots, de charcuteries et pâtés du coing, sans oublier les fromages à s’en « relever la nuit ». C’est avec un « ban Bourguillon » que nous prenions congé de nos amis de Châblis sans avoir oublié de « descendre les couleurs » réglementairement.

juin 2014/gb
 
 
 
 
 
cliquez sur l'image pour l'agrandir
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

  

  

ASSO Reconvilier et environs : Namo WebEditor 3.0 : Mieux vu en 1024 x 768 et Explorer 5.0